0

Comments

Facebook

Twitter

Google

send


Le retour des baltaguiyah



L’élection présidentielle, décrète-t-on dans l’euphorie générale, sera une compétition ouverte à tous, sans veto ni conditions, une victoire à venir de la démocratie, quoi. Les candidats fleurissent, comme des coquelicots dans un champ printanier. Les Frères se ravisent, après avoir annoncé qu’ils n’auraient pas de poulain à eux dans la course. Ce sera donc Khaïrat el-Chater, qui sera scratché, ainsi que neuf autres concurrents sur un total de 23, par la commission ad hoc. Les salafistes à leur tour entrent dans la danse par le biais de leur homme, Hazem Salah Abou-Ismaïl, bien vite éliminé pour cause de mère binationale (aujourd’hui décédée) dont le second passeport est – horreur! – aux armoiries des United States of America.

Lire l’article