0

Comments

Facebook

Twitter

Google

send


Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie



Il n’existe pas de solution simple aux problèmes du Proche-Orient. Mais deux conditions sont nécessaires pour que la région s’engage dans une autre voie : la fin des guerres et des oppressions, de l’Irak à la Palestine ; la fin des régimes impopulaires et antidémocratiques. C’est peu dire que l’Occident porte, sur ces deux terrains, une responsabilité. Et ce n’est pas la complaisance dont la France fait preuve à l’égard du régime égyptien ou de celui de la Tunisie (il faut lire les déclarations du porte-parole du Quai d’Orsay sur les manifestations dans ce pays pour mesurer la novlangue qui caractérise parfois notre diplomatie) qui y contribuera.

Lire l’article