0

Comments

Facebook

Twitter

Google

send


La révolte des 33 îles



Le maintien cette année du Grand Prix de formule l, après son annulation l’an dernier, devait marquer le retour à la normale après quatorze mois de violences. Au lieu de quoi la course a permis à l’opposition de tirer un maximum de profit de la présence d’un nombre important de journalistes pour défendre sa cause et mettre en relief l’incapacité du pouvoir en place à réaliser les réformes promises. La crise de Bahreïn, ou l’exemple-type du fameux phénomène de boomerang...

Depuis la date du 22 avril, le cours des événements a subi une brusque accélération. Mardi, les forces antiémeute ont dispersé à coups de grenades lacrymogènes et de bombes assourdissantes des manifestants qui tentaient de s’approcher de l’ancienne place de la Perle, haut lieu des rencontres contre le régime avant le démantèlement du monument dont il tirait son nom. Simultanément, des marches de protestation se déroulaient dans le quartier de Jidhafs pour réclamer la libération d’un militant des droits de l’homme, Abdel-Hadi al-Khawaja, des affrontements éclataient en plusieurs autres points et les tirs des forces de l’ordre faisaient une victime.

Lire l’article